Jaeger-LeCoultre partenaire du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO et de l'International Herald Tribune

TIDES OF TIME & THE WORLD HERITAGE MARINE PROGRAMME

Publié le 09 avril 2009
Jaeger-LeCoultre partenaire du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO et de l'International Herald Tribune

Fidèle à son enracinement historique situé dans un lieu exceptionnel entre lac et forêts, à la Vallée de Joux, Jaeger-LeCoultre demeure particulièrement concernée et impliquée dans la préservation de l’environnement. Depuis toujours, la marque contrôle l’impact environnemental de ses activités et s’implique dans de nombreuses actions locales et internationales.


Dans le cadre de son engagement aux côtés de l’UNESCO, Tides of Times annonce une seconde année prometteuse avec huit nouveaux sites présentés dans les pages de l’International Herald Tribune mais également en ligne sur le site internet The New York Times/ International Herald Tribune http://www.nytimes.com/pages/arts/index.html).


Le "World Heritage Marine Programme" soutenu par la Manufacture Jaeger-LeCoultre En 2007, lors du lancement de la montre de plongée - Master Compressor Diving - Jaeger-LeCoultre a découvert des lieux sous-marins magnifiques et préservés. La marque a alors rapidement pris conscience de la fragilité de ces écosystèmes et de la nécessité et de l’urgence de préserver cette biodiversité.


Afin de sensibiliser l'opinion publique mondiale et d'apporter son soutien à la défense et à la protection de sites marins, en 2008, la Manufacture s’est engagé dans un partenariat appelé "Tides of Time" et ce, pour une durée de 3 ans.
Aux côtés du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO et de l’International Herald Tribune, Jaeger- LeCoultre apporte chaque année son soutien à une liste de sites menacés. D'une portée globale, le "World Heritage Marine Programme" entend notamment travailler avec les pays pour assurer l’état de conservation des sites déjà inscrits, participer à la formation des responsables des différents sites et fournir un support technique qui servira à l’identification de nouveaux sites marins.


2008-9, un premier bilan positif

Jaeger-LeCoultre collabore avec l'International Herald Tribune pour attirer l’attention des lecteurs sur les sites marins et les menaces qui pèsent sur eux. Tous les sites évoqués dans la campagne sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
La première année de ce partenariat a vu l’aboutissement de projets ambitieux. Huit sites ont d’ores et déjà été soutenus et l’opinion publique sensibilisée aux valeurs de ces zones marines et aux menaces pesant sur ces régions : braconnage, extinction d’espèces, changements climatiques, pression touristique, dégradation de la faune et flore....

Sites 2008-9

  • les îles Galápagos (Equateur)
  • la Grande Barrière de corail (Australie)
  • le golfe de Porto: Calanques de Piana, Golfe de Girolata, Réserve de Scandola (Corse/France)
  • Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (Belize)
  • le parc marin du récif de Tubbataha (Philippines)
  • le parc d’iSimangaliso (Afrique du Sud)
  • le sanctuaire des baleines d'El Vizcaíno (Mexique)
  • le parc National de Ujung Kulon (Indonésie)


D’autres actions de soutien financier immédiat ont vu le jour dans le cadre de ce partenariat: du 16 au 20 février 2009, Jaeger-LeCoultre a pour la première fois, mis aux enchères en ligne un garde-temps unique, le prototype "Number 1" du modèle Master Compressor Extreme W-Alarm Tides of Time. La vente de ce prototype ‘’Number 1’’ ainsi que les frais d’inscription ont atteint la somme de £13’540, dont l’intégralité a été remise au site de Tubbataha (Philippines). Situé en mer de Sulu, à 181 km au sudest de Puerto Princesa, province de Palawan, ce parc marin est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 1993. Cette donation financière a permis de renouveler le système radar du site qui surveille le va-et-vient des navires dans les eaux du parc.

2009-10, une seconde année prometteuse


Cette seconde année s’annonce encore riche d’enseignements et de découvertes avec huit nouveaux sites à découvrir chaque mois dans l’International Herald Tribune.
Le "World Heritage Marine Programme" soutenu par la Manufacture Jaeger-LeCoultre 2009-2010 : une nouvelle sélection de sites présentée dans les mois à venir

  • la Réserve de la biosphère de Sian Ka’an (Mexique)


Signifiant autrefois en langue Maya "Origine du ciel", la réserve de la biosphère de Sian Ka’an est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987. Située sur la côte est de la péninsule du Yucatán au Mexique, Sian Ka’an est la plus grande réserve naturelle du Mexique et contient l’une des plus anciennes zones humides d’Amérique centrale. Barrière de récifs coralliens, baies, lagunes, marais, mangroves, forêts tropicales... offrent à cette région une diversité biologique exceptionnelle. Sian Ka’an est l’habitat d’un grand nombre d’espèces dont trois menacées qui sont le tapir, le lamantin et le pécari.
La végétation de la réserve y est dense et variée. 1200 espèces végétales forment le paysage de Sian Ka’an, dont le sabanna qui est un arbre propre à cette région. Enfin, si la réserve de la biosphère de Sian Ka’an est incomparable, c’est également du fait des sites de culture maya qui jalonnent la réserve.

  • le Parc national des Everglades (Etats-Unis)


Inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979, le parc national des Everglades se trouve à la pointe sud de la Floride. On a souvent dit de ce site qu'il était un fleuve d'herbe coulant imperceptiblement de l'intérieur des terres vers la mer. L'exceptionnelle variété de ses habitats aquatiques en fait le sanctuaire d'un nombre considérable d'oiseaux, de reptiles et d'espèces menacées comme le lamantin.

  • l’Atoll d’Aldabra (Seychelles)


Inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982, l’Atoll d’Aldabra se trouve aux Seychelles, dans l’Océan Indien. L'atoll comprend quatre grandes îles de corail qui enferment une lagune peu profonde. L'ensemble est lui-même entouré d'un récif de corail. En raison des difficultés d'accès et de l'isolement, Aldabra a été préservé de l'influence humaine et est devenu un refuge pour quelques 152 000 tortues terrestres géantes, soit la plus grande population mondiale de ce reptile.


Et également à venir dès septembre: Venise et sa lagune (Italie), la Péninsule de Valdés (Argentine), Shiretoko (Japon)…


Fidèle à son engagement, la Manufacture accroit également son soutien à l’UNESCO en 2009-10 par une présence annuelle dans la revue du patrimoine mondial.


FERMER