6 lycéens toulousains en expédition scientifique et éco-citoyenne

en Guyane avec l'explorateur Stéphane Lévin

Publié le 08 avril 2008

Du 17 au 30 avril 2008, l'explorateur Stéphane Lévin et 6 jeunes lycéens toulousains réalisent une véritable expédition scientifique et éco-citoyenne en Guyane.

Un programme unique et original pour les jeunes
Pour la première fois en France, un explorateur, Stéphane Lévin, a décidé de transmettre ses savoirs aux jeunes et les sensibiliser aux enjeux environnementaux de notre planète. Il a ainsi conçu « Voyageurs des sciences », un programme exceptionnel de trois véritables expéditions scientifiques et éco-citoyennes :

. «Voyageurs des glaces 2006» en Arctique, a permis de constater une concentration alarmante de nitrates dans les glaces polaires et l'accélération de la fonte de la banquise.
. «Voyageurs des sables 2007» au Sahara : une augmentation du taux de salinisation rendant les sols stériles et une significative avancée du désert.
. «Voyageurs des Fleuves 2008» (17-30 avril 2008) se déroulera au cœur de la forêt guyanaise, poumon de notre planète et d'une incroyable biodiversité. Les jeunes explorateurs mesureront en particulier le rôle des fleuves et de la végétation dans les changements climatiques.

Ce programme d'expéditions dans des milieux difficiles et fortement fragilisés par le réchauffement climatique leur permet de vivre une aventure humaine, physique et pédagogique exceptionnelle.
Il est parrainé par l'astronaute Philippe Perrin, qui a participé du 5 au 19 juin 2002, au vol de la navette spatiale STS 111.
Le principe de Voyageurs des Sciences

. La sélection et la préparation des jeunes
Pour chaque expédition, 6 jeunes de lycées toulousains (différents à chaque expédition) et leur classe sont sélectionnés parmi des classes de seconde scientifique et informatique -Voyageurs des Sciences vise à promouvoir les filières scientifiques- les meilleurs projets pédagogiques en lien avec le thème sont retenus. Deux élèves par classe (un garçon, une fille) sont choisis.
Cette année, exceptionnellement, 6 jeunes Guyanais partageront du 19 au 21 avril une partie de l'expédition avec les jeunes explorateurs toulousains.

En parallèle de leur scolarité et pendant quatre mois, les voyageurs préparent avec Stéphane Lévin et les partenaires les différentes phases de l'expédition :
tests d'effort, bilans médicaux, physiologiques et psychologiques, bilans ophtalmologiques, préparation physique, formation au secourisme, à la nutrition du sport, immersion en pleine nature, formation et entrainement à l'utilisation du matériel qui sera utilisé sur place, formation aux protocoles scientifiques ...

Dans le même temps, les classes d'origine de ces élèves réalisent un projet pédagogique en lien avec le thème de l'expédition.

. Les missions
Au cours de l'expédition, chaque jeune, en binôme, a une mission scientifique ou technologique à remplir en lien avec le thème :

- repérer (à partir de cartes prises par satellites) et relever les modifications des paysages qui subissent les effets des actions du climat et de l'homme, ceci afin de mettre à jour des cartes et améliorer la fiabilité des satellites.
- observer et mesurer par des prélèvements d'eau, d'air, de sol, l'état et l'évolution des milieux naturels : par exemple l'air que la forêt guyanaise respire contient de nombreuses particules du désert saharien transportés par les vents Alizés. Les jeunes analyseront les influences de ces particules. Les voyageurs analyseront les sols avant et après déforestation etc.

- 15000 écoles dans le monde (France, USA, Guyane, Maroc) feront les mêmes mesures que les explorateurs afin de savoir quel air circule au-dessus de la planète (programme Calisph'air/Cnes).

- tester un ordinateur portable capable de résister aux conditions extrêmes. Ce PC sert également à envoyer et recevoir par satellite toutes les données (photos, sons, fichiers etc.) en temps réel (par exemple lors des visio-conférences).
- tester des vêtements,

- utiliser une balise de sécurité.
- etc.

Les jeunes partagent également des moments avec les populations locales, rencontrent des chercheurs (en 2008, ils visiteront notamment la station des Nouragues du CNRS située au cœur de la forêt et le centre spatial de Kourou).

Les jeunes explorateurs Voyageurs des Sciences utilisent les dernières avancées technologiques issues de la recherche spatiale et découvrent ses applications concrètes dans le domaine public et sur le terrain. Comme les explorateurs des siècles passés, ils contribuent à une meilleure connaissance de notre planète.
Au retour, ces données sont exploitées par les partenaires. Les jeunes peuvent ainsi témoigner sur les effets du réchauffement climatique et le rôle que jouent les hommes dans les processus de transformation de leur environnement.
Il s'agit donc d'une expédition avec de véritables enjeux environnementaux, scientifiques et technologiques.

L'expédition 2008

Située en Guyane, cette dernière expédition sera partagée avec des lycées guyanais et six élèves en classe de seconde rejoindront l'équipe toulousaine sur le terrain. Pendant deux jours, ils conduiront ensemble les différents protocoles scientifiques et technologiques.
. La Guyane :
Recouverte à 96 % par la forêt amazonienne, d'une biodiversité inouïe, la Guyane abrite des écosystèmes uniques qui sont parmi les plus riches et les plus fragiles du monde : forêts tropicales primaires très anciennes, mangroves et savanes (sur la bande côtière), inselbergs et nombreux types de zones humides. La forêt équatoriale de la Guyane reste parmi les moins écologiquement fragmentées du monde. Cette biodiversité exceptionnelle constitue un véritable « poumon » pour l'avenir de notre planète.

. Un parcours difficile :
Physiquement, Voyageurs des fleuves sera une expédition difficile. A la chaleur et à l'humidité, s'ajouteront les difficultés d'un terrain très chaotique : la Guyane est un territoire grandiose et impénétrable, sillonné de rivières et de fleuves entrecoupés de rapides. La forêt est accessible seulement par voie fluviale ou aérienne.
Les explorateurs vont parcourir près de 250 km au cœur de la forêt. Au programme : marches avec sacs à dos, remontée de fleuves en pirogues et passages de sauts (cascades), nuits en pleine nature (avec hamacs moustiquaires), traversées de bras de fleuves avec cordages....
La carte du parcours est disponible sur le site internet de Stéphane Lévin.
Stéphane Lévin
Stéphane Lévin est actuellement l'un des plus grands explorateurs français. Membre de la Société des explorateurs français, ce Toulousain est aujourd'hui le seul à avoir vécu en 2003 un hivernage en solitaire aussi long en Arctique (5 mois dont 106 jours sans soleil et 60 jours d'obscurité totale). Durant cette aventure exceptionnellement difficile, il a réalisé des recherches scientifiques, médico-physiologiques et techniques. Les résultats de ces expériences servent encore à la préparation des futures missions spatiales interplanétaires et de vols de longue durée.


Animé par le dépassement de soi, la découverte et la compréhension du monde, Stéphane Lévin veut « avant tout que ses expéditions servent à quelque chose ». Il est le premier explorateur français à avoir conçu un triptyque de trois expéditions scientifiques pédagogiques et techniques destinées à des lycéens : «Voyageurs des sciences » 2006-2007 et 2008.
Les jeunes
. Toulouse
.Lycée Les Arènes : Léa et Rémi, : 15 ans, élèves de la classe de 2nde opt Mesures Physiques et Informatiques et section européenne
.Lycée Le Caousou : Juliette et Benjamin : 15 ans, élèves de la classe de 2nde opt Mesures Physiques et Informatiques et section européenne
.Lycée Toulouse Lautrec : Maxime et Catherine : 15 ans, élèves de la classe de 2nde opt Sciences, Recherches et citoyenneté et section européenne.
. Guyane :
.Lycée Léon Gontran Damas (Rémire Montjoly) : Audrey, 14 ans et Frédéric, 15 ans, élèves de 2nde option MPI
. Lycée Félix Eboué (Cayenne) : Gabrielle, 14 ans et Luis, 18 ans, élèves de 2nde
.Lycée Gaston Monnerville (Kourou) : Manon, 15 ans et Yannick, 15 ans, élèves de 2nde.
Les accompagnateurs :
Durant l'expédition, les explorateurs seront accompagnés de :
. Nathalie Lévin, médecin des 3 expéditions
. et de Philippe Lesage, directeur export institutionnel du groupe Infoterra (qui déploie des applications et services de l'observation de la terre). Il est le coordinateur des protocoles scientifiques, logisticien de l'expédition et assiste les explorateurs pour la mise en œuvre des moyens de communication par satellite.
Une ville, des chercheurs, des entreprises, s'engagent auprès des jeunes lycéens
. Partenariat financier : Infoterra, le CNES, la Caisse d'Epargne Midi Pyrénées, la Cité de l'espace, la Mairie de Toulouse, Fram, Spot Image, le CNRS.
. Partenariat pédagogique, scientifique et technique :

- le CNES : propose un protocole de mesures météo in situ dans le cadre du projet pédagogique Globe/Calisph'Air (NASA/CNES) (Global Observation for a Better Environment). Ces mesures sont réalisées par les lycéens voyageurs toulousains et guyanais mais également par l'ensemble des établissements du projet Calisph'air.

- la Cité de l'espace : affirme sa position légitime de partenaire pédagogique régional incontournable auprès du grand public en assurant la meilleure information sur ce projet, depuis sa préparation avec les jeunes lycéens jusqu'au retour de l'expédition (organisation des actions événementielles liées aux phases clés du projet, exposition, suivi de l'expédition, relais de l'information vers les publics scolaires et la presse)

- Spot Image et Nev@ntropic : en lien avec les lycées en Guyane propose un projet de réalisation d'une spatiocarte et des tests opérationnel de rapid mapping

- le CNRS : dirige un protocole de prélèvement et d'analyse d'air afin d'évaluer le contexte atmosphérique de la forêt guyanaise

- EADS Astrium/Infoterra : met à disposition des voyageurs un système de communication avec son et images par satellite et un terminal renforcé avec système de géo-localisation

- le laboratoire Hydrosolab : dirige un protocole de prélèvements et d'analyses (eau de ruissellement, eau de pluie, sols) in situ puis en laboratoire dans les trois milieux du programme.

- la société CLS : met à disposition des voyageurs une balise de sécurité pour le suivi des voyageurs sur le terrain

- la société Midi-Pyrénées de Médecine du sport : réalise des bilans médicaux complets avec tests médico-physiologiques et tests de coordination psychomotrice et suivi du contrôle médical en hôpital avant et après les 3 expéditions pour les 18 voyageurs.

. Partenaires pédagogiques associés en Métropole et en Guyane:
Les lycées Les Arènes, Le Caousou et Henri de Toulouse-Lautrec de Toulouse ainsi que les lycées Félix Eboué de Cayenne, Gaston Monnerville de Kourou et Léon Gontran Damas de Rémire Montjoly conduisent des projets pédagogiques durant l'année scolaire en accompagnement des voyageurs.
Partenaires associés en Guyane :
Le Rectorat de Guyane, la Préfecture de la Région Guyane, le CNES/Centre Spatial Guyanais, le CNRS
Guyane, le SAMU 973

. Partenariat logistique :
- Fram assiste l'équipe pour ses transferts et déplacements lors de la préparation et de l'expédition

- le groupe Lowe Alpine - Asolo - Thorlo équipe les aventuriers des sacs à dos et vêtements adaptés à la préparation ainsi qu'à l'expédition

- Air France s'associe à la logistique de l'expédition

- Kassar International, spécialiste «marketing relationnel», accompagne Stéphane Lévin et Voyageurs des sciences dans le développement des projets en lien avec la recherche spatiale et l'environnement.

Informations pratiques pour suivre l'expédition
Une exposition à la Cité de l'Espace

La Cité de l'espace (Toulouse) et Stéphane Lévin proposent une exposition sur les trois expéditions du 2 avril au 25 mai dans le hall de l'Astralia. Les visiteurs pourront ainsi partager cette aventure et retrouver les trois missions du programme « Voyageurs des Sciences » : Voyageurs des glaces en Arctique, Voyageurs des sables au Sahara, et la mission en cours. Reconstitution des milieux, films, photos, présentation de la campagne scientifique permettront de plonger dans les trois milieux (Arctique, désert et forêt amazonienne). Le public sera sensibilisé aux problématiques du réchauffement climatique ainsi qu'aux technologies spatiales qui permettent de comprendre ces phénomènes et d'agir.

Entrée accessible :
. aux visiteurs payant de la Cité de l'Espace,
. au grand public pendant les visio-conférences liées à l'expédition : la visite de l'exposition sera libre d'accès, limitée à cet espace, pendant les heures de communication avec les lycéens voyageurs (voir ci-dessous).


FERMER