Une nouvelle étape vers la mise en place du service public de l'eau à Paris

Vers une mutualisation?

Publié le 06 juin 2008

Lors de son conseil d'administration du 30 mai, EAU DE PARIS, société d'économie mixte de la Ville, a renouvelé le mandat de présidente d'Anne Le Strat, également adjointe au maire de Paris chargée de l'eau, de l'assainissement et de la gestion des canaux, et a nommé un nouveau directeur général en la personne de Thierry Wahl.

Avec cette nouvelle organisation, la Ville de Paris complète le dispositif de coordination et de gestion de la réforme du service public de l'eau dans la capitale. Thierry Wahl, inspecteur des finances, ancien directeur général au ministère chargé de l'environnement, assurera, sous l'autorité du maire de Paris et d'Anne Le Strat, le pilotage de cette réforme conjointement avec la secrétaire générale de la Ville de Paris. Odile de Korner, confirmée dans ses fonctions de Directrice générale déléguée, mettra également toute son expérience au service de cette mutation de la SEM, amenée à constituer, pour l'année 2009, le premier noyau de la régie publique qui sera créée.

Lors de la campagne des municipales, Bertrand Delanoë s'est en effet engagé à créer un opérateur public unique (sous la forme d'un Etablissement public industriel et commercial), ayant responsabilité sur toute la chaîne de l'eau, de la production à la distribution. Ainsi, il sera mis fin en 2009, date d'expiration des contrats de gestion, à l'éclatement actuel des responsabilités entre la SEM en charge de la production et les deux délégataires privés qui assurent la distribution sur chacune des rives de la Seine. A terme, Thierry Wahl a vocation à devenir le directeur général de ce futur EPIC.

Par cette réforme, Bertrand Delanoë met un terme à une dispersion des responsabilités qui nuit à une gestion optimale de la ressource, affirme son choix d'une plus grande maîtrise du service public de l'eau et s'engage à garantir aux Parisiens une eau de qualité, au meilleur coût et avec un haut niveau de performance quant au service offert. L'engagement d'une stabilité du prix de l'eau, dans sa part communale, est également réaffirmé.

Au-delà, le maire de Paris souhaite que cette évolution vers une régie municipale permette également d'engager à moyen terme une réflexion avec les autres collectivités territoriales d'Ile de France sur l'intérêt et les modalités d'une plus grande mutualisation d'un certain nombre d'outils de production de l'eau.


FERMER